Langues romanes et hormones

Publié le par Alipeg CARVIN

Pour mon master, je dois apprendre le portugais. C'est ce que je fais studieusement chaque jour avec mon Assimil niveau débutant. Vous savez, ce truc magique : une leçon de 30 min par jour avec des p'tits dialogues et des cassettes ou des CDs.

Bon, eh bien ça marche vraiment pas mal. Seul hic : Peg ne trouve pas le portugais très glamour. Elle dit que ça ressemble à du martien (oui, oui, rien que ça...). Pour moi qui étudie les langues romanes, je pense que je devrais changer l'intitulé de mon mémoire et faire une étude comparée de l'excitation ou du dégoût produite par chaque langue chez un individu.

Alors, commençons par une individue (je ne la cite pas, bien-sûr) pour qui l'italien est une langue sexy au possible. Nous observons chez notre sujette que quelques mots d'italien prononcés au moment opportun pouvait faire basculer une soirée télé en une soirée câlin.
Inversement, il semble que le portugais agisse sur notre sujette comme un gaz hilarant : quelques mots de ce doux idiome suffisent à produire chez la sujette une crise de fou rire.
Le français a quant à lui plusieurs effets sur la sujette : susurré langoureusement, il provoque le même effet que l'italien, mais mâtiné de ch'ti, il tend à faire naître chez la sujette un rélexion de répulsion ou parfois une crise de fou rire de type portugais

Demain, le protocole prévoit un test en anglais sur notre sujette. Je vous tiens au courant de la suite de cette étude.

Ali

Publié dans Nos délires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stéph 05/08/2008 21:15

Excellent... ;)

sashaa 05/11/2005 16:18

morte de rire !